Naître
Je suis né au pied du Canigou. De mon enfance je garde le souvenir du fruit défendu, ces abricots et ces pèches que, garnements nous chapardions dans le verger d’un vieux voisin acariâtre.
J’ai aussi le souvenir ému de ce grand-père chasseur, pêcheur, un peu braconnier qui m’a instruit des choses de la nature, un de ces‟ coureurs de bois” autodidacte, grand naturaliste devant l’éternel.

Grimper
A vingt ans, la découverte de l’alpinisme est venue bouleverser le cours de ma vie. Avec quelques amis, après une période d’auto-apprentissage à haut risque, nous avons « grimpé » les Pyrénées de bas en haut, du Canigou à l’Ossau, de la sierra de Cadi à Ordessa. Longtemps, avec passion nous avons pratiqué un alpinisme aussi boulimique que discret, par jeu, par défi, par amour pour nos montagnes, toujours en « amateur » au sens premier du terme.

Travailler
Depuis de nombreuses années j’ai couru ces montagnes transversalement d’est en ouest. D’abord du luchonnais au pays basque sur les traces des derniers ours. Plus tard j’ai été le témoin privilégié du retour de la loutre sur les Nives, les Nestes et les Gaves. Si le mot ‟ travail ” rime avec‟ passion ”, alors oui j’ai beaucoup travaillé.

Voyager
Un jour j’ai voulu voir le monde, d’autres montagnes, d’autres peuples, d’autres horizons, alors est venu le temps des expéditions lointaines : montagnes andines, rencontre avec les Aymaras, les Kallawayas – montagnes d’Afrique, tours de grés dans le désert, Touaregs, puis le grand Nord où j’ai découvert les traditions des Samis et des Lapons.

Photographier et écrire
J’aime partir tôt le matin, partir à la billebaude avec un sac léger, un boitier photo et deux ou trois objectifs. Aucune image n’est préméditée, je rechigne à agir sur les choses, préférant laisser celles-ci agir sur moi. Ma démarche est intuitive, solitaire, chaque photo est un instant d’émotion.
Rentré chez moi, je visionne mes photos, alors à nouveau la même émotion m’étreint et je prolonge mon plaisir en écrivant quelques textes courts, grattés à l’os.

Philosopher
La nature c’est l’autre, celle que l’on ne peut reproduire, En tant que telle, elle est infiniment respectable.
Je suis écologiste, d’un écologisme humaniste.
A l’heure de la mondialisation galopante, à l’heure où certains s’imaginent que Wall Street est le centre du monde, j’ai la conviction qu’il existe d’autres modes de pensée. Pyrénéen de naissance et de cœur, je me dis que peut-être si nous arrivons à concilier ce qui semble inconciliable, écologie, culture, économie, alors peut-être arriverons-nous à vivre heureux dans notre montagne.
  

















Top